Quels sont les différents types de tests logiciels ?

logiciel

Il existe plusieurs techniques de tests logiciels conçues par les développeurs de logiciel. Ces différents tests permettent de garantir le bon fonctionnement d’un programme. Toutefois, tous les tests n’ont pas les mêmes caractéristiques. Découvrez alors les différents types de tests logiciels. 

Les 4 niveaux de tests logiciels classiques

Tests unitaires

Ce type de test est réalisé par le développeur lui-même. Il a pour objectif d’analyser le niveau du composant qu’il doit concevoir. Afin de valider la non-régression du fonctionnement du composant durant les différentes livraisons des versions du logiciel, il est nécessaire d’automatiser rapidement les tests. Et ce notamment en processus agile. Pour bénéficier des outils nécessaires pour les tests, Visitez le site qui offre les moyens nécessaires. 

Tests d’intégration

logiciels

Les tests d’intégration sont réalisés par un testeur en interne ou externalisés auprès d’une TRA (Tierce Recette Applicative). Dans ces deux cas, l’objectif est donc toujours le même. 

Faire appel à un spécialiste garantit en quelque sorte la conformité des différents composants aux cahiers des charges. Cela permet aux composants de correspondre aux résultats attendus. 

Tests systèmes

Dans ces tests, on réalise différents scénarios qui correspondent aux utilisations du logiciel. Appelés aussi test de type boîte noire, les tests systèmes permettent de garantir que le logiciel fonctionne correctement et qu’il se comporte bien au niveau des terminaux d’utilisation. 

Afin d’avoir des rapports objectifs, l’équipe en charge du travail doit se démarquer et garantir une totale autonomie par rapport aux équipes de développement. 

Tests d’acceptation

Ces tests consistent à valider que le logiciel correspond aux spécifications du client. En fonction des spécifications indiquées dans un cahier des charges et établies avec le client, les tests d’acceptation garantissent que le logiciel est conforme aux critères et aux besoins des cibles. 

À lire aussi :  Les jeux vidéo éducatifs le sont-ils vraiment ?

Ils sont donc souvent effectués par le client final ou les utilisateurs et peut être également appelé la “recette” du logiciel.

Les différents tests selon leur nature

Tests fonctionnels

Ces tests ne tiennent pas compte des pièces internes et se concentrent seulement sur la sortie, pour analyser si le logiciel est conforme aux exigences ou non. Il s’agit ainsi de voir le comportement du logiciel par rapport aux fonctionnalités attendues par le client. 

Le testeur va alors faire une comparaison des différentes fonctionnalités avec les spécifications mentionnées au niveau du cahier des charges. Les tests fonctionnels concernent les différents niveaux de test (tests d’intégration, tests systèmes…). 

Tests non fonctionnels

Tests de robustesse

C’est le début des tests non fonctionnels. Le logiciel est soumis à d’importante d’activité afin de voir s’il peut fonctionner correctement sous pression. Les tests permettent aussi de découvrir les limites du programme. Des paramètres importants pour l’utilisation future du logiciel. 

Tests de performance

logiciels

Ces tests logiciels se basent le plus souvent sur des données comme : consommation CPU, progression du codage sur l’exploitation de la mémoire vive… Ils sont souvent menés à la fin du projet. 

Tests de montée en charge

Ce test de montée en charge permet de mesurer la capacité du programme à supporter plus d’utilisateurs tout en gardant une expérience utilisateur optimale et un fonctionnement en accord au cahier des charges. 

Tests de compatibilité de plateforme

Ces tests logiciels sont réalisés pour analyser le fonctionnement du programme au niveau des terminaux ciblés (systèmes d’exploitation). Il est recommandé de le faire exécuter aux testeurs avancés pour que ces derniers puissent valider l’éligibilité du logiciel vis-à-vis des plateformes ciblées. 

Tests d’ergonomie

Ce sont des tests plutôt spécifiques qui ont pour objectif de savoir le sentiment de l’utilisateur grâce à l’interface du logiciel. Il s’agit alors d’expérience utilisateur (UX en anglais). 

À lire aussi :  Quels sont les meilleurs robots de trading actuellement ?

Tests d’interface graphique

Il s’agit de garantir que l’interface graphique est assez attrayante, d’abord pour le propriétaire, ensuite pour les cibles. 

Tests de sécurité

Les tests permettent d’analyser la sécurité du système informatique. Ils offrent ainsi la possibilité de prévoir les intentions d’un hacker et ainsi de limiter les risques de cyberattaque. 

Amandine Carpentier
Les derniers articles par Amandine Carpentier (tout voir)

Partages :